Châtaigne: Ne faites pas cette erreur toxique !

Châtaigne: Ne faites pas cette erreur toxique !

Comment distinguer le marron de la châtaigne ?

L’instinct a parfois besoin d’être éclairé…

C’est l’automne ! C’est LA saison propice pour se délecter des « marrons » fraîchement ramassés lors de la dernière balade en nature.

Mais attention ! Avant de les cuisiner et de les consommer, assurez-vous d’avoir en votre possession des châtaignes et non pas des marrons.

Car oui, par abus de langage, la châtaigne est très souvent appelée « marron ».

Cependant, le marron d’inde est toxique… Ne vous avisez pas d’en consommer sous peine de le regretter amèrement (douleurs abdominales, nausées, vomissements, irritations de la gorge… ). Ce dernier est issu du marronnier d’Inde ou marronnier commun (Aesculus hippocastanum)

poison
poison

Le marron ne se mange pas, la châtaigne se mange.

Dans une étude de l’Anses* sur les confusions des plantes (enregistrées par les centres antipoison de 2012 à 2018), les confusions de marrons avec des châtaignes représentaient 11% des cas, toutes saisons confondues, et étaient les plus fréquentes après les confusions de plantes à bulbes (12%).

*ANSES (Agence Nationale de SEcurité Sanitaire)

Comment reconnaître la châtaigne et le marron ?

Recherche

Voici 4 points qui vont vous permettre de différencier la châtaigne (comestible) du marron (d’ornement).

La bogue

Bogue châtaigne
Bogues de châtaignes

La bogue est l’enveloppe dans laquelle est contenu le fruit convoité.

Dans le cas du marron (non comestible):

Les « poils » sont espacés et peu piquants. Vous pouvez les prendre facilement dans la main sans avoir envie de les lâcher.

Marron non comestible
Marron (non comestible)

De plus, bien souvent, il n’y a qu’un seul fruit, le marron, à l’intérieur.

Dans le cas de la châtaigne (celle que vous pouvez manger):

La bogue est recouverte de centaines de poils piquants qui, une fois en main, vous donnent envie de la ranger rapidement dans votre panier.

Châtaigne
Châtaignes (comestibles)

Dans cette bogue, il y a bien souvent plusieurs fruits (châtaignes) sauf pour certaines espèces un peu plus grosses.

Le fruit en lui même

Là aussi, au premier coup d’œil, vous distinguerez la châtaigne du marron.

Marrons
Le marron d’Inde n’est pas comestible

Le marron est gros, plus rebondi. Il a une forme plutôt arrondie et la pastille blanchâtre est assez large.

Châtaigne
La châtaigne est comestible

La châtaigne, quant à elle, a une forme un peu plus aplatie et triangulaire. Sa pastille blanchâtre est plus fine et se situe à l’opposé de la touffe, sur la partie la plus large du fruit.

La torche de la châtaigne

Châtaigne
Châtaignes

Autre signe qui ne trompe pas et qui vous permettra de consommer sereinement votre récolte, c’est la torche. Cette petite touffe présente à l’extrémité du fruit est le reste desséché du pistil.

Cette touffe est présente ? C’est une châtaigne, donc c’est comestible.

Sur le marron d’Inde, il n’y en pas… Ne le consommez pas.

Le lieu dans lequel vous les ramassez

Châtaigne
Les châtaignes se ramassent généralement aux abords des forêts et non pas en ville

Généralement, on retrouve le marron en ville dans les parcs, les cours d’école ou les allées par exemple.

Tandis que vous trouverez la châtaigne dans les bois ou les vergers entre autres.

Cela vous donne déjà une idée du lieu dans lequel vous pourrez orienter vos recherches si votre but est de consommer ce fruit de saison.

Les bienfaits de la châtaigne

Les aliments et la santé
Un esprit sain dans un corps sain (Crédits photo: Pixabay)

Outre son goût typique et très agréable, la châtaigne vous apportera des vitamines et des nutriments intéressants.

C’est une excellente source de minéraux tels que le fer, le phosphore et le cuivre.

Les vitamines ne sont pas en reste ( Vitamines B et C)

La châtaigne est riche en amidon « résistant ». Ce dernier est digéré de façon lente et incomplète. Cela évite les pics de glycémie. (L’indice glycémique est de 65. En comparaison, la plupart des féculents sont autour de 85-90)

Ce fruit offre donc un intérêt culinaire mais surtout sanitaire pour les personnes sujettes au diabète, à l’obésité ou encore l’hypercholestérolémie.

Bien cuite, elle est particulièrement bien tolérée par les intestins fragiles.

Que du bon !

Pour la cuisiner:

Comment préparer la châtaigne ?
Cuisine (Crédits photo: Pexels)

Pour consommer la châtaigne, il vous faudra retirer la fine enveloppe qui la recouvre, qu’on appelle le tégument.

Pour se faire:

  • Faites une incision de la coque en faisant le tour de la châtaigne. (Attention à ne pas vous couper)

(Pour éviter de vous enfoncer la lame du couteau dans la main, il existe des gants spéciaux en cotte de maille qui servent aussi à ouvrir les huîtres en toute sécurité.)

  • Plongez les châtaignes pendant 3 à 4 minutes dans l’eau bouillante
  • Passez-les au four jusqu’à ce que l’enveloppe s’ouvre et que l’intérieur brunisse légèrement. (Environ 10mn selon votre type de four)

Vous pouvez désormais les éplucher aisément en prenant garde à ne pas vous brûler les doigts.

Il existe pléthore de recettes sur le net. En soupe, en sauce, en purée, etc.

Cependant, simplement revenues à la poêle dans une généreuse noix de beurre… C’est un régal en accompagnement de viandes, poissons ou autres légumes de saison.

En cette saison, incorporez-la à une soupe de potiron, et donnez-nous en des nouvelles en commentaires…

Vous pouvez également l’intégrer dans un Buddha bowl, c’est excellent !

Ouvrez l’œil lors de votre prochaine balade en forêt et bon appétit !

Cet article vous à plu... ? Partagez-le ! Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instincts
Vous souhaitez être informé(e) de la publication des nouveaux articles ?
🔒 Nous ne divulguons pas votre e-mail.